Soyons honnêtes, l’ail du Québec offre plusieurs avantages sur sa concurrence étrangère. D’abord, il est beaucoup plus aromatique. Qui dit plus aromatique, dit bénéfices supérieurs. Ensuite, l’ail local se conserve plus longtemps. Logique, puisqu’il n’a pas voyagé des centaines, voire des milliers de kilomètres pour atterrir dans votre assiette.

Vous voulez profiter au maximum des bienfaits de l’ail Québécois? Recherchez de l’ail certifié biologique, assurément sans pesticides, et sachez comment bien conserver ce précieux ail.

Conditions idéales de conservation de l’ail

Comme tout bulbe (pensez patates et oignons), l’ail ne demande qu’à germer. En récoltant l’ail à la fin de l’été et en le séchant, nous le gardons dans un état de dormance. Pour éviter qu’il n’en sorte, l’ail doit être conservé au sec et à température ambiante. Des températures sous 15-10°C pourraient déclencher le processus de germination dès que l’ail revient à température ambiante.

Si votre ail a germé, il n’est pas impropre à la consommation! Retirez simplement le germe avant de le couper. Vous remarquez que toute votre réserve d’ail commence à sortir de sa dormance? Continuez votre lecture pour découvrir quelques trucs pour prolonger sa vie culinaire.

L’ail et ses vertus

Ah! L’ail. L’ail est probablement l’aliment-médecine le plus reconnu et le plus étudié dans les laboratoires contemporains. Il est anti-inflammatoire, anti-microbien, expectorant et un bon stimulant immunitaire. Voilà d’où lui vient la réputation d’allié pour les saison froides, pendant lesquelles les infections sont omniprésentes.

Pour bénéficier au maximum de ses propriétés médicinales, les herboristes recommandent de laisser reposer l’ail quelques minutes (4-5) après l’avoir haché. Cette attente permet l’oxydation et la libération des composés soufrés responsables de l’action positive de l’ail. Si l’ail cru est préférable au niveau médicinal, ce peut ne pas être le cas pour les gens ayant des estomacs sensibles (ou des interactions sociales imminentes…). Dans les plats cuisinés, prendre l’habitude de hacher l’ail en premier lors de la préparation des repas et de l’ajouter en fin de cuisson. Cela permet de profiter le plus possible des vertus de l’ail cuit.

3 façons d’apprêter et conserver l’ail

Voici quelques façons d’apprêter l’ail pour l’intégrer facilement à sa cuisine, ou encore pour simplifier sa routine culinaire. Ce sont également de bons trucs pour conserver l’ail du Québec; que de bonnes raisons d’en faire des réserves pour en profiter à l’année!

Miel d’ail

  1. Hacher 3 grosses gousses d’ail très finement.
  2. Déposer l’ail dans un pot en verre de sorte qu’il soit rempli à moitié.
  3. Ajouter deux cuillères à thé de vinaigre de cidre pour la conservation.
  4. Verser du miel non pasteurisé sur l’ail pour bien le recouvrir. Au besoin, utiliser une cuillère pour pousser l’ail au fond du pot.
  5. Identifier et dater votre préparation. Elle se conservera environ 3 mois au froid.

Pendant les périodes d’infection, vous pouvez consommer jusqu’à 6 cuillères à thé de ce miel. Pour soutenir votre système immunitaire en prévention, une cuillère à thé par jour.

Ail confit

  1. En prenant soin de ne pas séparer les gousses, couper la base des têtes d’ail (là où sont les racines).
  2. Placer les têtes entières et non pelées dans un plat creux allant au four, le plus petit possible pour que les têtes soient côte-à-côte.
  3. Verser de l’huile d’olive ou une autre huile de qualité entre les têtes.
  4. Enfourner à 350°F(180°C) et cuire 45-60 minutes.
  5. Sortir le plat du four et laisser refoidir.
  6. Dans un pot en verre, presser les gousses une à une en les tenant par le haut de sorte que la chair sorte du côté coupé. L’ail sera onctueux et un peu collant.
  7. Verser l’huile restant dans le plat dans le même pot.
  8. Si désiré, passer le pied mélangeur pour obtenir une consistance uniforme.

Cette purée d’ail confit s’utilise partout où l’ail sied! Vinaigrettes, marinades, trempettes… Vous aurez toujours de l’ail rapide sous la main. Se conserve au réfrigérateur jusqu’à deux semaines. L’ail et l’huile pouvant être un mélange favorable au développement du boulisme, il est préférable de congeler votre ail confit si vous ne pensez pas l’utiliser rapidement..

Congeler l’ail

  1. Hacher finement autant d’ail que vous voulez
  2. Déposer l’ail haché dans un moule à glaçons* en faisant des portions de la taille que vous utilisez habituellement dans un repas (généralement autour d’une cuillère à soupe)
  3. Verser de l’huile d’olive sur l’ail, à peine pour couvrir l’ail
  4. Congeler
  5. Une fois congelés, transférer les cubes dans un sac hermétique

Cette technique est selon nous la plus simple et la plus rapide pour conserver l’ail qui commence à germer.

*Attention, l’odeur d’ail peut persister dans le moule même après lavage!

D’autres idées:

Ail fermenté au miel (Révolution fermentation)

Et vous, quels sont vos trucs préférés?


Faites votre réserve d’ail biologique du Québec! (en saison)

Au marché fermier

Commander en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.